Big Pharma

Cadeaux des grands labos : des médecins sous influence ?

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

C’est une pratique répandue : la plupart des médecins reçoivent des cadeaux de la part des grands laboratoires pharmaceutiques. Offrir un petit déjeuner, un repas, ou même une invitation à un séminaire au soleil [1] sont d’usage pour vanter les mérites d’un médicament et tisser un lien avec le professionnel de santé. Le laboratoire pharmaceutique espère ainsi que l’ascenseur sera rendu, et qu’il sortira gagnant de ces « petits gestes » : ceux-ci leur ont tout de même coûté au moins 260 millions d’euros en 2016, selon la base Transparence Santé, où ils sont recensés depuis 2013, suite au scandale du Mediator.

Quel est l’impact réel de ces cadeaux sur les pratiques des médecins ? Des chercheurs français de l’université de Rennes 1, du CHU de Rennes et de l’Inserm publie ce 6 novembre une étude inédite sur ce sujet dans le journal britannique BMJ. Ils ont comparé les montants des cadeaux reçus par les médecins généralistes français (16 millions d’euros au total), en 2016, avec leurs prescriptions.

D’après l’étude, les médecins qui ne reçoivent pas d’« avantages » des firmes pharmaceutiques signent plus souvent des ordonnances moins coûteuses et prescrivent davantage de génériques – des médicaments moins chers avec une efficacité identique. Ils prescrivent aussi moins de médicaments dont la balance bénéfices/risques est défavorable, notamment les vasodilatateurs et les benzodiézépines pour le sommeil ou l’anxiété. De façon plus générale, plus les médecins reçoivent des cadeaux de la part des labos, plus ils ont de mauvais résultats selon les indicateurs de qualité et de quantité fixés par les chercheurs. « Lorsque le cadeau est petit, son influence peut être d’autant plus importante qu’elle est minimisée et inconsciente », écrivent les auteurs qui pointent également un effet durable dans le temps de ce marketing pharmaceutique.

Un lien de causalité ?

« Cette influence peut conduire à choisir un traitement qui n’est pas optimal, parfois au détriment de la santé du patient », soulignait un manuel de l’OMS publié en 2009. Si les résultats de cette nouvelle étude confirment les hypothèses déjà avancées par d’autres études à l’étranger, sur l’influence des cadeaux sur les prescriptions, les chercheurs ne concluent pas à un lien de causalité entre ces cadeaux et les comportements des médecins. D’autres facteurs pourraient entrer en jeu.

La réception de ces cadeaux peut traduire un « appétit pour la nouveauté, une crédibilité dans la promotion, une image favorable des firmes ou encore la croyance dans le médicament comme première solution aux problèmes de santé ». « En quelque sorte, recevoir des cadeaux n’est probablement pas uniquement la cause d’une prescription de moindre qualité », écrivent les auteurs, mais « le symptôme d’un comportement qui pousse à une prescription globale de moindre qualité ». « Les firmes pharmaceutiques dépensent énormément d’argent dans la promotion des médicaments (23 % de leur chiffre d’affaire soit plus que pour la recherche) dont les cadeaux ne sont qu’une partie, déclare le docteur Bruno Goupil, auteur de l’étude. Il semble peu probable que cet argent soit dépensé à perte. »

Simon Gouin

A relire sur Basta ! :

L'actualité

  • Perpignan, ville en morceaux

    , par Mathilde Offroy (CQFD)

    Aux dernières municipales, Perpignan est devenue, vingt-cinq ans après Toulon, la première ville de plus de 100 000 habitant.es à basculer dans l'escarcelle du Rassemblement national. Sitôt élu, le nouveau maire a commencé à imprimer sa marque sécuritaire. Comment le candidat frontiste est-il parvenu à (...)
  • Bastille : la police réclame des images aux journalistes

    , par Arrêt sur images

    Au moins cinq journalistes ont reçu une requête inhabituelle cette semaine : la préfecture de police de Paris leur demande "l'intégralité des séquences" tournées sur la place de la Bastille lors de la manifestation du 28 novembre, qui a fait de nombreux blessés parmi les forces de l'ordre. (...)
  • Black Friday : Amazon s'enrichit... surtout avec vos données

    , par Guillaume Bernard (Rapports de Force)

    Comment un géant de la livraison à domicile gagne-t-il de l’argent ?… « en livrant » devrait-on répondre. En réalité pas vraiment. Actuellement l’activité e-commerce d’Amazon est relativement peu rentable. Ce sont ses activités de vente d’espace cloud, son […] L’article Black Friday : Amazon s’enrichit… (...)
  • Le CCIF dissous et re-dissous

    , par Camille Polloni (Médiapart)

    Le conseil des ministres a prononcé mercredi la dissolution du comité contre l’islamophobie en France, en tant que «groupement de fait». L’association avait déjà, d’elle-même, mis la clé sous la porte pour contrecarrer cette procédure.
  • Sélom et Matisse – Épisode 6 : Fives, un quartier en mutation

    , par Tristan Goldbronn (Radioparleur)

    Le 15 décembre 2017, à Fives, Sélom, 20 ans et Matisse, 18 ans meurent percutés par un train. L’enquête, rapidement menée, conclut à un simple accident. Mais très vite, des doutes émergent. Le drame marque profondément le quartier populaire de Lille. Il intervient dans un contexte de tensions croissantes  (...)
  • Magnanville, fake news officielle

    , par Arrêt sur images

    Et revoici, une fois de plus, le double-assassinat de Magnanville ! Comment le terroriste Larossi Abballa s'est-il procuré les adresses du couple de policiers, Jessica Schneider et Jean-Baptiste Salvaing, qu'il a assassinés chez eux en juin 2016 ? Accusation frontale, intra-police, ce matin sur (...)
  • Les ravages de l'intervention turque au Kurdistan irakien

    , par Sylvain Mercadier (Orient XXI)

    Engagés dans un bras de fer sanglant depuis des décennies, la Turquie et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) s'affrontent dans les montagnes kurdes d'Irak. Celles-ci se vident peu à peu de leurs habitants. Et le conflit aggrave les tensions entre factions kurdes, faisant planer le spectre (...)
  • Enfants et réfugiés: l’horreur de Moria chroniquée par les éducateurs de l’ONU

    , par Stavros Malichudis, Leila Minano, Iliana Papangeli (Investigate Europe) (Médiapart)

    En Grèce, dans les cendres du camp de réfugiés rasé par les flammes en septembre, nous avons retrouvé le journal de bord tenu, depuis l’intérieur de la «zone mineurs», par les éducateurs de l’OIM, organisation affiliée à l’ONU. Toute la violence dans laquelle ces enfants étaient plongés s’y retrouve  (...)
+++