Santé

Dans les petits hôpitaux, les urgences ferment pendant l’été

, par Rachel Knaebel

Partout en France, des hôpitaux n’assurent plus les urgences pendant la période estivale. Conséquence : il faut faire des dizaines de kilomètres pour se faire soigner. Basta! poursuit son travail de suivi des fermetures de lits d’hôpitaux.

Cet été, mieux vaut ne pas avoir un accident si on habite ou passe ses vacances dans une petite ville ou une région rurale. Partout en France, des services d’urgences des hôpitaux ferment leur porte pendant la période estivale. La coordination nationale des comités de défenses des hôpitaux et maternités de proximité a commencé à faire le décompte.

À Senlis, par exemple, dans l’Oise, les urgences vont fermer les nuits du 31 juillet au 31 octobre. Pendant ces trois mois, elles n’accueilleront plus que les patients en journée, de 8 h 30 à 19 h 30, et « exclusivement des patients nécessitant un avis ou des soins rapides comme : accidents domestiques, points de sutures, blessures, coupures, foulures, traumatismes de pied, de genou, de poignet, de coude, d’épaule, etc. », a indiqué le Groupe hospitalier sud de l’Oise au Parisien. Les patients qui ont besoin de soins urgents en dehors de ces horaires devront aller à Creil.

À Nérac (5000 habitants), dans le Lot-et-Garonne, le service mobile d’urgence et de réanimation (Smur) est complètement fermé depuis le 25 juillet, et le restera jusqu’au 30 août. Le maire de la ville (Nicolas Lacombe, Parti socialiste) a pourtant protesté contre cette décision et appelé à un rassemblement le 21 juillet. Cet été, les malades de Nérac seront dirigés à Agen en cas d’urgence, à 30 minutes de là. « Si un accident grave se produit, nos habitants auront une perte de chance sur leur survie dès lors que la prise en charge sera plus longue », a dit l’élu à France Bleu. Dans le même département, à Marmande, ce sont les urgences de nuit qui sont menacées de fermeture pendant le mois d’août.

Voir en plein écran

Cliquer sur une étiquette pour lire les détails. En jaune, les services et lits fermés pendant l’été 2021. En rouge, les suppressions de lits en cours. En vert, là où elles ont commencé à être remises en cause.

« Cette fermeture placera les habitants à près d’une heure des services d’urgence les plus proches »

À Toul, en Meurthe-et-Moselle, les urgences de nuit sont fermées pendant quinze jours, du 30 juillet au 15 août. Là encore, des élus sont montés au créneau. Le député socialiste Dominique Potier, le maire de Toul (lui aussi PS) Alde Harmand, et des élus du départements ont signé une tribune commune pour dénoncer cette fermeture. « Pour les villages les plus éloignés, cette fermeture placera les habitants à près d’une heure des services d’urgence les plus proches », pointent les élus.

<donbasta|>

À Montaigu, ville vendéenne de 5000 habitants, les urgences resteront fermées entre 20 h et 9 h, au moins jusqu’au 15 août. Les habitants et élus sont également inquiets du sort des urgences non loin de là, à Luçon, même si pour l’instant, elles y sont maintenues. À Sarlat, en Dordogne, l’agence régionale de santé avait évoqué le 9 juillet une possible fermeture des services d’urgences et des Smur pendant l’été.

Quand les urgences ferment, complètement ou seulement la nuit, « les délais pour accéder à des soins d’urgence augmentent dans ces territoires et les minutes comptent en cas d’infarctus, d’hémorragie, d’accident vasculaire cérébral, ils augmentent d’autant plus que les services d’urgence qui restent ouverts saturent », dénonce Jean-Luc Landas, de la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité.

Des lits sont aussi fermés pendant l’été dans d’autres services

Partout, la raison invoquée pour justifier ces fermetures estivales est la même : les difficultés à avoir du personnel en nombre suffisant, en particulier des médecins urgentistes. « Nous dénonçons et agissons depuis des années et des années contre la politique d’austérité pour l’hôpital, contre l’insuffisance des moyens et de personnel à l’hôpital, contre l’ insuffisance du nombre de médecins et personnel de santé en formation, répond Jean-Luc Landas. Cette situation catastrophique n’est pas le résultat d’une fatalité comme voudrait le faire croire nos gouvernants et leurs soutiens : il est le résultat de leurs décisions , de leur volonté de réduire l’hôpital public à la portion congrue. »

Dans d’autres territoires, des hôpitaux ferment aussi des lits hors des urgences, là aussi en arguant du manque de personnel disponible pendant l’été. C’est le cas par exemple à Paimpol (Côtes-d’Armor), où 27 lits sont supprimés cet été dans les services de convalescence et des « plaies et cicatrisations » (voir cet article). Une unité de 20 lits est aussi fermée depuis avril et pour plusieurs mois à l’hôpital psychiatrique de Rennes (voir cet article). Dans le département de la Mayenne, les hôpitaux ferment pendant l’été 200 lits en tout dans de nombreux services, selon Force Ouvrière.

De plus, les fermetures définitives de lits se poursuivent elles-aussi, même si certains plans de fermeture ont été abandonnés ces derniers mois (voir notre article). À Ploërmel (Morbihan), l’hôpital prévoit de fermer définitivement dix lits, dont sept en chirurgie.

Rachel Knaebel

L'actualité

  • Twitter admet qu'il amplifie plus la droite française que la gauche

    , par Numerama, le média de référence sur la société numérique et l’innovation technologique

    Twitter a publié une très longue étude, rare, sur la portée des messages publiés par des personnalités politiques, en fonction de leur parti, dans toute l'Europe. Le constat est édifiant dans quasiment tous les pays étudiés : la droite est bien plus amplifiée que la gauche. Et le réseau social ne sait (...)
  • Des centaines d’écoles ont été bâties sur des sites contaminés

    , par Marie Astier (Reporterre) (Reporterre)

    Le ministère de la Transition écologique a lancé une campagne de diagnostic des établissements scolaires proches d'anciens sites polluants. Mais celle-ci cumule les manquements, pour de piètres résultats. Les enfants en sont les victimes. C'est un poison discret distillé un peu partout en France : (...)
  • Médias: l’extrême danger Bolloré

    , par Laurent Mauduit (Médiapart)

    En plaçant des personnes de confiance à la tête du «JDD» et de «Paris Match», le milliardaire renforce son empire et l’arrime davantage à l’extrême droite, pour faire campagne en faveur d’Éric Zemmour. Le procédé fait penser à l'asservissement de la presse des années  (...)
  • Éric Zemmour et la république ultra-libérale

    , par Hugo Pompougnac (Regards)

    Éric Zemmour est-il en train de supplanter le Rassemblement national et sa cheffe de file Marine Le Pen à l'extrême droite ? Sur quelles bases ? Mais surtout : comment l'affronter ? La candidature d'Éric Zemmour marque une rupture avec l'histoire récente de l'extrême droite en France. Marine Le Pen, (...)
  • Grève de la faim à Calais : « c'est le seul moyen qu'il nous reste »

    , par Maïa Courtois (Rapports de Force)

    Le décompte se poursuit : c’est le neuvième jour de grève de la faim à Calais, pour trois bénévoles soutenant les exilés. Par ce moyen de lutte radical, le trio met en lumière les violences exercées par la force publique […] L’article Grève de la faim à Calais : « c’est le seul moyen qu’il nous reste » (...)
  • Zemmour : tout était écrit avant 2000

    , par Arrêt sur images

    Il a émergé en tant que personnage télévisé à succès à partir des années 2000. Mais les idées d'Éric Zemmour, dont son grand rêve de voir la droite s'unir derrière les idées de l'extrême droite, figuraient déjà noir sur blanc dans ses trois premiers livres. Plongée dans le Zemmour d'avant, étrangement proche du (...)
  • Dérèglement climatique: Total savait dès 1971

    , par Mickaël Correia (Médiapart)

    Des archives inédites démontrent que Total a été alerté dès les années 1970 de l’impact climaticide de son activité. Elles dévoilent comment le groupe a déployé, en réaction, une stratégie pour insuffler le doute. Et saboté toute action politique en faveur du climat. Entretien avec Christophe Bonneuil,  (...)
  • En Haute-Loire, se battre contre le passe sanitaire, mais pas avec n’importe qui

    , par Nicolas Cheviron (Médiapart)

    Au Puy-en-Velay, les militants de gauche hostiles au passe sanitaire doivent d’abord lutter contre un autre adversaire: l’extrême droite, qui a investi les manifestations avec ses pancartes aux relents antisémites et semble avoir désigné le département comme une terre de  (...)
  • Partout en France, des citoyens se liguent pour que vivent les forêts

    , par Reporterre

    Les 16 et 17 octobre, une salve d'actions contre « l'industrialisation des forêts » est organisée en France. Le mouvement entend faire plier le gouvernement, qui veut accroître les prélèvements en forêt de 70 % d'ici 2050. C'est un mouvement encore jeune mais prometteur. À la suite de la publication  (...)
  • Thomas Sankara : « Nous ne pouvons pas empêcher qu’un homme ait peur de son ombre »

    , par Rémi Carayol, Michael Pauron (Afrique XXI)

    En juillet 1984, à la veille du premier anniversaire de la révolution, le dirigeant de ce qui deviendra quelques jours plus tard le Burkina Faso accorde une interview au célèbre cinéaste René Vautier. Cet échange était tombé dans l'oubli. Afrique XXI le dévoile alors que le procès des assassins de (...)
  • En Italie, le sursaut du syndicalisme face au néofascisme

    , par L’Humanité

    Après l’assaut contre le siège de la Confédération générale italienne du travail, le 9 octobre, les militants des trois centrales syndicales ont manifesté, samedi, pour exiger la dissolution des organisations factieuses.
+++