Campagne de dons

Pourquoi soutenir Basta ?

, par Rédaction

Qu’est-ce que Basta! ?

Basta! est un site d’information indépendant sur l’actualité sociale et environnementale. Basta! est reconnu comme « Service de presse en ligne d’information politique et générale » par la Commission paritaire des publications et agences de presse. Constitué d’une équipe de journalistes et de militants associatifs, Basta! contribue à donner une visibilité aux enjeux écologiques, aux revendications sociales, aux actions citoyennes, aux mouvements de solidarité et aux alternatives. Le site est édité depuis décembre 2008 par l’association Alter-médias.

En savoir plus sur l’équipe

Pourquoi soutenir Basta! ?

Le développement d’une presse indépendante est aujourd’hui essentiel pour rendre compte d’informations souvent ignorées par les médias mainstream, imaginer des alternatives et dynamiser une démocratie bien terne. L’avenir de Basta! dépend de la participation de ses lecteurs à l’aventure. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous soutenir – notamment par un soutien mensuel de 4 € ou 10 €/mois. Pour que Basta! puisse poursuivre son travail d’enquêtes et de reportages, votre soutien financier et votre mobilisation seront décisifs. L’information, même en accès libre, a un coût. En plus des dons, vous pouvez aussi nous aider à diffuser Basta! autour de vous.

D’où viennent nos financements ?

Nos ressources en 2020 : 414 791 €

 Dons : 261 088 €
 Prestations de services : 17 105 €
 Fondations : 109 230 €
 Aides Covid (chômage partiel) : 4372 €
 Vente de livres : 512 €
 Produits exceptionnels : 22 484 €

D’où ne viennent pas nos financements ?

 De unes racistes et populistes pour faire le buzz : 0%
 De grands groupes industriels : 0%
 De publi-reportages : 0%
 De divertissements people : 0%
 De pétrodollars : 0%
 Du greenwashing : 0%

A quoi servent vos dons ?

Les trois quart des dépenses de notre journal financent les salaires et les cotisations sociales (d’autres parleront de « charges ») de l’équipe (neuf salariés, dont six journalistes).Vos dons contribuent ainsi principalement à payer leurs salaires jusqu’à ce qu’ils puissent partir en retraite, aux alentours de 70 ans. D’ici là, ils pourront, grâce à vos dons, continuer de réaliser les enquêtes et les reportages que vous lirez quotidiennement sur Basta!.

 Rémunérations (salaires, cotisations sociales) : 310 780 €
 Frais de reportages et d’enquêtes : 10 646 €
 Frais de fonctionnement (loyer, impôts, assurances, comptabilité, frais postaux,...) : 71 025 €
 Prestations (développement web, graphisme, illustration, traductions) : 20 108 €

A quoi ne servent pas vos dons ?

 A rémunérer les actionnaires de Basta! (puisqu’il n’y en n’a pas) : 0%
 A payer le temps de copier/coller une dépêche d’agence de presse : 0%
 A salarier un éditorialiste qui donne son avis sur tout et n’importe quoi sur les plateaux télé : 0%
 A alimenter un compte aux Bahamas : 0%

Quel est le budget de Basta ?

En 2020, le budget de l’association Alter-médias s’élève à 412 559 euros.

  • Total des charges : 412 559 euros
  • Produits : 414 791 euros
  • Résultat : 2232 euros

Combien de personnes travaillent pour Basta ?

Basta! compte, en 2020, neuf salariés, dont six journalistes, pour un total de sept équivalents temps plein. De nombreux contributeurs (journalistes pigistes, photographes, graphiste et développeur web) travaillent également pour le site et l’association.

Un don de 4 euros par mois, est-ce suffisant ?

4 euros, c’est le prix d’une bière ou de deux cafés au comptoir. Mais 4 euros, c’est, pour Basta!, un soutien important si chaque lecteur régulier joue le jeu. Avec 10 000 abonnés à 4 euros par mois, le budget de Basta! serait intégralement financé, avec la possibilité de développé de nouveaux projets ! Le site serait donc totalement indépendant. Les journalistes n’auraient plus besoin de se lancer dans une (longue) quête de financements, qui les empêche de se consacrer pleinement à ce qu’ils savent faire le mieux : enquêter et rendre compte.

Quel est notre modèle économique ?

Depuis le début, Basta! a fait le pari du modèle gratuit. Car nous souhaitons diffuser nos informations à un public le plus large possible. A chacun et chacune de juger ensuite si soutenir Basta! est pour elle ou pour lui important.

Votre don est-il déductible de vos impôts ?

Basta! est édité par l’association Alter-Médias. Vous avez la possibilité de déduire de vos impôts une partie de votre don sur l’année (66% du montant), en passant par la plateforme de dons pour la presse en ligne J’aime l’Info/Okpal (cliquez-ici). Ainsi, quand vous donnez 100 euros, 66 euros peuvent être déduits de votre déclaration de revenus (dans la limite de 20% de votre revenu imposable). Vous recevrez un reçu fiscal via la plateforme J’aime l’info/Okpal.

Je suis déjà donateur. J’ai une question sur mon don (changement de carte, demande de reçu fiscal, etc).

Rendez-vous sur Comment faire un don ?

Pour toute question relative aux dons, vous pouvez aussi nous contacter à cette adresse : dons@bastamag.net

L'actualité

  • Twitter admet qu'il amplifie plus la droite française que la gauche

    , par Numerama, le média de référence sur la société numérique et l’innovation technologique

    Twitter a publié une très longue étude, rare, sur la portée des messages publiés par des personnalités politiques, en fonction de leur parti, dans toute l'Europe. Le constat est édifiant dans quasiment tous les pays étudiés : la droite est bien plus amplifiée que la gauche. Et le réseau social ne sait (...)
  • Des centaines d’écoles ont été bâties sur des sites contaminés

    , par Marie Astier (Reporterre) (Reporterre)

    Le ministère de la Transition écologique a lancé une campagne de diagnostic des établissements scolaires proches d'anciens sites polluants. Mais celle-ci cumule les manquements, pour de piètres résultats. Les enfants en sont les victimes. C'est un poison discret distillé un peu partout en France : (...)
  • Médias: l’extrême danger Bolloré

    , par Laurent Mauduit (Médiapart)

    En plaçant des personnes de confiance à la tête du «JDD» et de «Paris Match», le milliardaire renforce son empire et l’arrime davantage à l’extrême droite, pour faire campagne en faveur d’Éric Zemmour. Le procédé fait penser à l'asservissement de la presse des années  (...)
  • Éric Zemmour et la république ultra-libérale

    , par Hugo Pompougnac (Regards)

    Éric Zemmour est-il en train de supplanter le Rassemblement national et sa cheffe de file Marine Le Pen à l'extrême droite ? Sur quelles bases ? Mais surtout : comment l'affronter ? La candidature d'Éric Zemmour marque une rupture avec l'histoire récente de l'extrême droite en France. Marine Le Pen, (...)
  • Grève de la faim à Calais : « c'est le seul moyen qu'il nous reste »

    , par Maïa Courtois (Rapports de Force)

    Le décompte se poursuit : c’est le neuvième jour de grève de la faim à Calais, pour trois bénévoles soutenant les exilés. Par ce moyen de lutte radical, le trio met en lumière les violences exercées par la force publique […] L’article Grève de la faim à Calais : « c’est le seul moyen qu’il nous reste » (...)
  • Zemmour : tout était écrit avant 2000

    , par Arrêt sur images

    Il a émergé en tant que personnage télévisé à succès à partir des années 2000. Mais les idées d'Éric Zemmour, dont son grand rêve de voir la droite s'unir derrière les idées de l'extrême droite, figuraient déjà noir sur blanc dans ses trois premiers livres. Plongée dans le Zemmour d'avant, étrangement proche du (...)
  • Dérèglement climatique: Total savait dès 1971

    , par Mickaël Correia (Médiapart)

    Des archives inédites démontrent que Total a été alerté dès les années 1970 de l’impact climaticide de son activité. Elles dévoilent comment le groupe a déployé, en réaction, une stratégie pour insuffler le doute. Et saboté toute action politique en faveur du climat. Entretien avec Christophe Bonneuil,  (...)
  • En Haute-Loire, se battre contre le passe sanitaire, mais pas avec n’importe qui

    , par Nicolas Cheviron (Médiapart)

    Au Puy-en-Velay, les militants de gauche hostiles au passe sanitaire doivent d’abord lutter contre un autre adversaire: l’extrême droite, qui a investi les manifestations avec ses pancartes aux relents antisémites et semble avoir désigné le département comme une terre de  (...)
  • Partout en France, des citoyens se liguent pour que vivent les forêts

    , par Reporterre

    Les 16 et 17 octobre, une salve d'actions contre « l'industrialisation des forêts » est organisée en France. Le mouvement entend faire plier le gouvernement, qui veut accroître les prélèvements en forêt de 70 % d'ici 2050. C'est un mouvement encore jeune mais prometteur. À la suite de la publication  (...)
  • Thomas Sankara : « Nous ne pouvons pas empêcher qu’un homme ait peur de son ombre »

    , par Rémi Carayol, Michael Pauron (Afrique XXI)

    En juillet 1984, à la veille du premier anniversaire de la révolution, le dirigeant de ce qui deviendra quelques jours plus tard le Burkina Faso accorde une interview au célèbre cinéaste René Vautier. Cet échange était tombé dans l'oubli. Afrique XXI le dévoile alors que le procès des assassins de (...)
  • En Italie, le sursaut du syndicalisme face au néofascisme

    , par L’Humanité

    Après l’assaut contre le siège de la Confédération générale italienne du travail, le 9 octobre, les militants des trois centrales syndicales ont manifesté, samedi, pour exiger la dissolution des organisations factieuses.
+++