Qui sommes-nous ?Pourquoi soutenir Basta ? Les réponses à toutes vos questions


Qu’est-ce que Basta ! ?
Pourquoi soutenir Basta ! ?
D’où viennent nos ressources ?
D’où ne viennent pas nos financements ?
A quoi servent vos dons ?
A quoi ne servent pas vos dons ?
Quel est le budget de Basta ! ?
Combien de personnes travaillent pour Basta ! ?
Un don de 4 euros par mois, est-ce suffisant ?
Quel est notre modèle économique ?
Votre don est-il déductible de vos impôts ?
Je suis déjà donateur. J’ai une question sur mon don (changement de carte, reçu fiscal, etc)

Qu’est-ce que Basta ! ?

Basta ! est un site d’information indépendant sur l’actualité sociale et environnementale. Basta ! est reconnu comme « Service de presse en ligne d’information politique et générale » par la Commission paritaire des publications et agences de presse. Constitué d’une équipe de journalistes et de militants associatifs, Basta ! contribue à donner une visibilité aux enjeux écologiques, aux revendications sociales, aux actions citoyennes, aux mouvements de solidarité et aux alternatives. Le site est édité depuis décembre 2008 par l’association Alter-médias.

En savoir plus sur l’équipe

Revenir en haut de la page

Pourquoi soutenir Basta ! ?

Le développement d’une presse indépendante est aujourd’hui essentiel pour rendre compte d’informations souvent ignorées par les médias mainstream, imaginer des alternatives et dynamiser une démocratie bien terne. L’avenir de Basta ! dépend de la participation de ses lecteurs à l’aventure. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous soutenir – notamment par un soutien mensuel de 4 € ou 10 €/mois. Pour que Basta ! puisse poursuivre son travail d’enquêtes et de reportages, votre soutien financier et votre mobilisation seront décisifs. L’information, même en accès libre, a un coût. En plus des dons, vous pouvez aussi nous aider à diffuser Basta ! autour de vous.

Revenir en haut de la page

D’où viennent nos financements ?

(Budget 2015)

Revenir en haut de la page

D’où ne viennent pas nos financements ?

- De unes racistes et populistes pour faire le buzz : 0%
- De grands groupes industriels : 0%
- De publi-reportages : 0%
- De divertissements people : 0%
- De pétrodollars : 0%
- Du greenwashing : 0%

Revenir en haut de la page

A quoi servent vos dons ?

Les trois quart des dépenses de notre journal financent les salaires et les cotisations sociales (d’autres parleront de « charges ») de nos sept journalistes ! Vos dons contribuent ainsi principalement à payer leurs salaires jusqu’à ce qu’ils puissent partir en retraite, aux alentours de 70 ans. D’ici là, ils pourront, grâce à vos dons, continuer de réaliser les enquêtes et les reportages que vous lirez quotidiennement sur Basta !.

(Budget 2015)

Revenir en haut de la page

A quoi ne servent pas vos dons ?

- A rémunérer les actionnaires de Basta ! (puisqu’il n’y en n’a pas) : 0%
- A payer le temps de copier/coller une dépêche d’agence de presse : 0%
- A salarier un éditorialiste qui donne son avis sur tout et n’importe quoi sur les plateaux télé : 0%
- A alimenter un compte aux Bahamas : 0%

Revenir en haut de la page

Quel est le budget de Basta ?

En 2015, le budget de l’association Alter-médias s’élève à 370 963 euros. Nous avons réalisé cette année un exercice positif (+ 19966 euros).

  • Total des charges : 350 997 euros
  • Produits : 370 963 euros
  • Résultat : 19 966 euros [1]

Revenir en haut de la page

Combien de personnes travaillent pour Basta ?

Basta ! compte, en 2016, sept journalistes salariés, pour un total de sept équivalents temps plein. Une quinzaine de contributeurs (journalistes pigistes, photographes, graphiste et développeur web) travaillent également pour le site et l’association.

Revenir en haut de la page

Un don de 4 euros par mois, est-ce suffisant ?

4 euros, c’est le prix d’une bière, d’un magazine acheté en kiosque ou de trois pains au chocolat pour le goûter de Jean-François Copé. Mais 4 euros, c’est, pour Basta !, un soutien important si chaque lecteur régulier joue le jeu. Actuellement, nous comptons près de 600 donateurs récurrents. Avec 6250 abonnés à 4 euros par mois, le budget de Basta ! (environ 300 000 euros) serait quasiment intégralement financé par les lectrices et lecteurs ! Le site serait donc totalement indépendant. Les journalistes n’auraient plus besoin de se lancer dans une (longue) quête de financements, qui les empêche de se consacrer pleinement à ce qu’ils savent faire le mieux : enquêter et rendre compte.

Revenir en haut de la page

Quel est notre modèle économique ?

Depuis le début, Basta ! a fait le pari du modèle gratuit. Car nous souhaitons diffuser nos informations à un public le plus large possible. A chacun et chacune de juger ensuite si soutenir Basta ! est pour elle ou pour lui important.

Revenir en haut de la page

Votre don est-il déductible de vos impôts ?

Basta ! est édité par l’association Alter-Médias. Vous avez la possibilité de déduire de vos impôts une partie de votre don sur l’année (66% du montant), en passant par la plateforme de dons pour la presse en ligne J’aime l’Info/Okpal (cliquez-ici). Ainsi, quand vous donnez 100 euros, 66 euros peuvent être déduits de votre déclaration de revenus (dans la limite de 20% de votre revenu imposable). Vous recevrez un reçu fiscal via la plateforme J’aime l’info/Okpal.

Revenir en haut de la page

Je suis déjà donateur. J’ai une question sur mon don (changement de carte, demande de reçu fiscal, etc).

Rendez-vous sur cette page

Pour toute question relative aux dons, vous pouvez aussi nous contacter à cette adresse : [dons@bastamag.net]

Revenir en haut de la page

Notes

[1Le résultat d’exploitation est de 19 636 euros. Viennent s’y ajouter un report de ressources non utilisées des exercices antérieurs (23 704 euros) et une charge sur exercice antérieur (24 704 euros). Ces charges et produits portent le résultat courant à 19 966 euros.

L'actualité

  • « Il faut travailler, madame »

    , par Le Monde diplomatique

    En 2008, l'allocation parent isolé a basculé dans le champ du revenu de solidarité active (RSA). Depuis cette réforme, l'administration pousse avec insistance les femmes élevant seules des enfants vers le marché du travail. Alors que le nombre d'emplois aidés s'effondre, ces allocataires subissent une (...)
  • Dans les hôpitaux, l’inquiétude monte autour des masques chinois KN95

    , par Caroline Coq-Chodorge, Raphaël Godechot, Antton Rouget (Médiapart)

    Plusieurs directions hospitalières ont décidé d’arrêter de distribuer les masques de protection de la norme chinoise KN95, qui avaient été commandés en urgence au printemps. Face aux arbitrages contradictoires, les soignants s’inquiètent de l’efficacité réelle de ces masques, et s’interrogent sur leur  (...)
  • Marie Acab, la femme la plus détestée des policiers

    , par Ronan Maël (StreetPress)

    Elle est une légende des commissariats. Celle qui aux yeux des forces de l’ordre personnifie « la haine anti-flic ». Amélie H., alias Marie Acab, est l’objet de messages d’insultes et de menaces de mort par centaines. Contre-enquête.Contre (...)
  • Face au Beauvau de la sécurité, s'organiser

    , par Violette Voldoire (Radioparleur)

    Il y eu le Grand Débat pour les Gilets Jaunes. Voici aujourd’hui le Beauvau de la sécurité pour la police. Adepte des grand-messes, le gouvernement s’attable pour quatre mois pour dessiner les contours de la police de demain. Celles et ceux qui n’ont pas été convié·es organisent un contre-événement (...)
  • Une campagne vaccinale inégalitaire dans les quartiers populaires

    , par Emeline Odi (Le Bondy Blog)

    Les élus de la Seine-Saint-Denis et des Hauts de Seine alertent sur la campagne vaccinale dans les quartiers populaires. La prise de rendez-vous sur les plateformes de santé ajoute à la fracture numérique une inégalité dans l'accès aux vaccins pour les personnes âgées précaires. Élus et organismes de (...)
  • Suite à une erreur, ce Français est devenu sans-papiers

    , par Le Média

    Il y a des choses dans la vie qu’on donne pour acquis - jusqu’au jour où on nous les enlève. Anis, 25 ans, est né à Lyon de parents algériens. Il a grandi en France, y a étudié et même voté. A 11 ans, comme des milliers d’autres Français (...)
  • APL. En pleine crise, de jeunes actifs privés d’allocation

    , par Paul Ricaud (L’Humanité)

    Au début de son mandat, Emmanuel Macron supprimait l’ISF et réduisait de 5 euros les aides personnalisées au logement. Depuis janvier, un nouveau calcul de cette allocation frappe les jeunes travailleurs au porte-monnaie.
  • Inde : la répression s’accroît, une militante écologiste arrêtée

    , par Côme Bastin (Reporterre)

    Disha Ravi, 21 ans, est accusée d'avoir comploté contre la nation parce qu'elle a diffusé un kit de soutien à la révolte paysanne qui secoue l'Inde. Son arrestation, le 14 février, provoque l'indignation d'une partie du pays. Bangalore (Inde), correspondance Elle passait un dimanche matin en famille (...)
  • Camille Schmoll: «Les femmes ont été effacées de l’histoire des migrations»

    , par Nejma Brahim (Médiapart)

    Dans son ouvrage "Les Damnées de la mer", la chercheuse Camille Schmoll revient sur huit années de recherche sur les femmes en migration en Méditerranée et fait le constat d’une approche de plus en plus «répressive et sécuritaire» de la question migratoire en Europe. L’occasion d’évoquer le parcours des  (...)
+++