Covid

Passe sanitaire : les syndicats s’opposent aux contraintes sur les salariés

, par Rachel Knaebel

Obligation vaccinale pour les soignants, menace de licenciement pour les salariés des lieux accueillant du public... Plusieurs mesures du projet de loi sur le passe sanitaire, discuté cette semaine, menacent directement les travailleurs.

L’Assemblée nationale discute depuis le 20 juillet de la loi devant étendre le passe sanitaire. Le texte devrait être définitivement adopté d’ici la fin du week-end, en procédure accélérée. En plus des contraintes imposées à tout un chacun – présenter un certificat de vaccination ou de test covid négatif pour tous les lieux publics avec plus de 50 personnes, pour les trajets longues distance, entre autres –, le projet du gouvernement prévoit aussi des contraintes supplémentaires sur les salariés.

Les personnes qui travaillent dans des lieux accueillant du public (restaurants, cinémas…) devront ainsi présenter un passe sanitaire, avec preuve de vaccination complète, certificat de rétablissement du Covid ou test négatif récent. Si un salarié refuse de s’y soumettre, son employeur pourra le suspendre, ainsi que sa rémunération. Si la situation perdure au-delà de deux mois, l’employeur pourra le licencier. « La cible à combattre est le virus, pas les salariés ! » a réagi la CGT le 21 juillet. « La CGT réaffirme, sans ambiguïté, sa position sur la nécessité de la vaccination pour combattre efficacement la pandémie mais réaffirme son opposition à son obligation. »

Le syndicat rappelle aussi que « les salariés de nombreux champs d’activité ont été lourdement pénalisés par la crise sanitaire. Beaucoup d’entre eux ont vu leur vie plonger un peu plus dans la précarité. D’autres, en première ligne, ont répondu aux impératifs de santé ou de la vie quotidienne. Ils attendent encore tous des signes de reconnaissance de leur rôle décrété comme “essentiel” il y a encore quelques mois. Aujourd’hui, ce texte qui porterait atteinte à leur liberté de travailler ne peut être la réponse à cette attente ! »
<donbasta|>

« La vaccination obligatoire de certaines professions sert à cacher l’incurie du gouvernement »

L’Union syndicale Solidaires aussi s’oppose à ces nouvelles mesures de contraintes, tout en réaffirmant son soutien à la vaccination : « La vaccination est un élément clef pour stopper ou limiter les dégâts de l’épidémie. Mais le gouvernement, par le biais du passe sanitaire, adopte une démarche autoritaire. ». Le syndicat pointe l’injustice d’une obligation vaccinale imposée aux personnels soignants, annoncée par Macron le 12 juillet et prévue dans le texte de loi sur le passe sanitaire : « La vaccination obligatoire de certaines professions sert à cacher l’incurie du gouvernement depuis le début de la pandémie. Alors que les personnels de santé ont été exposés sans protection, sans matériel adéquat pendant de nombreux mois, c’est la culpabilisation sur la vaccination, voir le licenciement qui leur sont imposés. Les héros et héroïnes d’hier, qui étaient sommé.es de travailler auprès des patient.es même quand elles/ils étaient positives au Covid, sont stigmatisé.es aujourd’hui. »

Pour la fédération CGT du secteur de la santé et du social, il faut plutôt « convaincre sans contraindre » sur la vaccination du personnel des établissements de soin : « Le gouvernement préfère accuser les personnels de santé d’entretenir la défiance des Français vis-à-vis de la vaccination alors qu’il aurait dû mettre tout en œuvre pour les soutenir et lutter efficacement contre l’épidémie. C’est pourquoi la Fédération CGT de la Santé et de l’Action sociale demande que tous les moyens soient mis en œuvre immédiatement pour renforcer notre système de santé, notamment en personnels, en moyens et en budgets. » Force ouvrière l’a rappelé en début de semaine : pendant que se discutent de nouvelles mesures de contraintes pour tenter de contrer l’épidémie, des lits continuent de fermer dans les hôpitaux. Quelque 1800 lits d’hôpitaux ont été fermés ou supprimés en quinze mois, entre le 1er janvier 2020 et le 30 mars 2021, a calculé le syndicat (voir aussi notre suivi des fermetures de lits d’hôpitaux).

La Défenseure des droits, Claire Hédon, a elle aussi alerté sur les risques de discrimination qui pèsent sur les salariés : « Les mesures prévues par le projet de loi ont pour conséquence d’opérer in fine une distinction entre les travailleurs détenteurs de l’un des trois documents demandés et les autres. » Elle pointe également le fait que « les personnes en situation de pauvreté pourraient être doublement victimes ». En effet, « la carte des plus faibles taux de vaccinations recoupe celle de la pauvreté, de la fracture numérique, de l’accès aux services publics. Les nouvelles mesures comportent ainsi le risque d’être à la fois plus dures pour les publics précaires et d’engendrer ou accroître de nouvelles inégalités. » Plus largement, la Défenseur des droits souligne que la mise en œuvre du passe sanitaire va conduire au « contrôle d’une partie de la population par une autre ».

Rachel Knaebel

<newsletterbasta|>

L'actualité

  • Twitter admet qu'il amplifie plus la droite française que la gauche

    , par Numerama, le média de référence sur la société numérique et l’innovation technologique

    Twitter a publié une très longue étude, rare, sur la portée des messages publiés par des personnalités politiques, en fonction de leur parti, dans toute l'Europe. Le constat est édifiant dans quasiment tous les pays étudiés : la droite est bien plus amplifiée que la gauche. Et le réseau social ne sait (...)
  • Des centaines d’écoles ont été bâties sur des sites contaminés

    , par Marie Astier (Reporterre) (Reporterre)

    Le ministère de la Transition écologique a lancé une campagne de diagnostic des établissements scolaires proches d'anciens sites polluants. Mais celle-ci cumule les manquements, pour de piètres résultats. Les enfants en sont les victimes. C'est un poison discret distillé un peu partout en France : (...)
  • Médias: l’extrême danger Bolloré

    , par Laurent Mauduit (Médiapart)

    En plaçant des personnes de confiance à la tête du «JDD» et de «Paris Match», le milliardaire renforce son empire et l’arrime davantage à l’extrême droite, pour faire campagne en faveur d’Éric Zemmour. Le procédé fait penser à l'asservissement de la presse des années  (...)
  • Éric Zemmour et la république ultra-libérale

    , par Hugo Pompougnac (Regards)

    Éric Zemmour est-il en train de supplanter le Rassemblement national et sa cheffe de file Marine Le Pen à l'extrême droite ? Sur quelles bases ? Mais surtout : comment l'affronter ? La candidature d'Éric Zemmour marque une rupture avec l'histoire récente de l'extrême droite en France. Marine Le Pen, (...)
  • Grève de la faim à Calais : « c'est le seul moyen qu'il nous reste »

    , par Maïa Courtois (Rapports de Force)

    Le décompte se poursuit : c’est le neuvième jour de grève de la faim à Calais, pour trois bénévoles soutenant les exilés. Par ce moyen de lutte radical, le trio met en lumière les violences exercées par la force publique […] L’article Grève de la faim à Calais : « c’est le seul moyen qu’il nous reste » (...)
  • Zemmour : tout était écrit avant 2000

    , par Arrêt sur images

    Il a émergé en tant que personnage télévisé à succès à partir des années 2000. Mais les idées d'Éric Zemmour, dont son grand rêve de voir la droite s'unir derrière les idées de l'extrême droite, figuraient déjà noir sur blanc dans ses trois premiers livres. Plongée dans le Zemmour d'avant, étrangement proche du (...)
  • Dérèglement climatique: Total savait dès 1971

    , par Mickaël Correia (Médiapart)

    Des archives inédites démontrent que Total a été alerté dès les années 1970 de l’impact climaticide de son activité. Elles dévoilent comment le groupe a déployé, en réaction, une stratégie pour insuffler le doute. Et saboté toute action politique en faveur du climat. Entretien avec Christophe Bonneuil,  (...)
  • En Haute-Loire, se battre contre le passe sanitaire, mais pas avec n’importe qui

    , par Nicolas Cheviron (Médiapart)

    Au Puy-en-Velay, les militants de gauche hostiles au passe sanitaire doivent d’abord lutter contre un autre adversaire: l’extrême droite, qui a investi les manifestations avec ses pancartes aux relents antisémites et semble avoir désigné le département comme une terre de  (...)
  • Partout en France, des citoyens se liguent pour que vivent les forêts

    , par Reporterre

    Les 16 et 17 octobre, une salve d'actions contre « l'industrialisation des forêts » est organisée en France. Le mouvement entend faire plier le gouvernement, qui veut accroître les prélèvements en forêt de 70 % d'ici 2050. C'est un mouvement encore jeune mais prometteur. À la suite de la publication  (...)
  • Thomas Sankara : « Nous ne pouvons pas empêcher qu’un homme ait peur de son ombre »

    , par Rémi Carayol, Michael Pauron (Afrique XXI)

    En juillet 1984, à la veille du premier anniversaire de la révolution, le dirigeant de ce qui deviendra quelques jours plus tard le Burkina Faso accorde une interview au célèbre cinéaste René Vautier. Cet échange était tombé dans l'oubli. Afrique XXI le dévoile alors que le procès des assassins de (...)
  • En Italie, le sursaut du syndicalisme face au néofascisme

    , par L’Humanité

    Après l’assaut contre le siège de la Confédération générale italienne du travail, le 9 octobre, les militants des trois centrales syndicales ont manifesté, samedi, pour exiger la dissolution des organisations factieuses.
+++