Glyphosate

Deux militants anti-pesticides poursuivis en justice

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Deux « faucheurs volontaires », opposés aux OGM et aux pesticides, comparaissent ce vendredi 30 septembre à 10h au tribunal de grande instance de Privas en Ardèche. Deux magasins, Bricomarché et Gamm Vert, ont déposé plainte à leur encontre pour « dégradation de biens en réunion », suite à une action du 19 mars 2016. Ce jour-là, les faucheurs volontaires organisent une action nationale contre les pesticides. Elle vise en particulier le glyphosate, produit phare de la multinationale Monsanto qui entre dans la composition de près de 750 produits dont l’herbicide RoundUp. En mars 2015, le glyphosate a été classé « cancérogène probable » pour les humains, par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), chargée d’inventorier et de classer les agents cancérogènes. Un avis contesté par l’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA).

Objectif de l’action : « Alerter la société sur le problème majeur de santé publique que cause l’utilisation des herbicides et en particulier du glyphosate ». Ce 19 mars, des dizaines de faucheurs volontaires s’introduisent dans 34 magasins en France proposant ces produits herbicides. Ils s’emparent des bidons à base de glyphosate en vente dans les linéaires, les disposent au sol sur une bâche, avant de les « neutraliser pacifiquement » avec une bombe de peinture afin de les rendre impropres à la vente.

Interdiction totale de la vente dans les jardineries repoussée à 2019

Le glyphosate a frôlé le non-renouvellement de son homologation mais a finalement obtenu le 29 juin 2016 un sursis de dix-huit mois, accordé par la Commission européenne. Une décision qui marque pour les faucheurs volontaires « la soumission des pouvoirs publics aux lobbies agro-alimentaires et donc leur irresponsabilité face au problème des pesticides et des OGM ». Et de rappeler que « ces produits sont liés aux OGM car la majorité de ceux-ci sont développés uniquement pour être tolérants aux herbicides. »

Les deux Ardéchois poursuivis encourent une amende de 75 000 euros et cinq ans de prison. Les faucheurs entendent porter leur revendication en justice : « Le glyphosate doit être retiré de la vente, avec effet immédiat pour la vente aux particuliers, qui en consomment 2000 tonnes chaque année. Arrêtons l’empoisonnement ! » Il y a un an, Ségolène Royal avait annoncé en grandes pompes l’interdiction à partir du 1er janvier 2016 de la vente en libre-service aux particuliers des produits désherbants contenant du glyphosate, dont le fameux Roundup (voir ici). L’interdiction totale dans les jardineries a depuis été repoussée en 2019 [1]. Quant à l’interdiction de l’utilisation de glyphosate par les agriculteurs, aucune date à ce jour n’a été fixé.

- Lire tous nos articles sur les pesticides

L'actualité

  • L’accord du CETA sur le fil du rasoir à l’Assemblée Nationale

    , par Thomas Hiahiani (Radioparleur)

    Toute la journée, les parlementaires ont âprement discuté du CETA, le traité de libre-échange entre l’Europe et le Canada. Cet accord, en réalité déjà en vigueur depuis dix-huit mois, soulève nombre d’inquiétudes et d’oppositions. Entretien entre Edouard Bourcieu et Mathilde Dupré pour tout comprendre des  (...)
  • De Rugy : dix mois ministre, dix mois d'inaction

    , par Émilie Massemin (Reporterre)

    François de Rugy a démissionné mardi 16 juillet, moins d'un an après avoir pris la tête du ministère de la Transition écologique. Climat, énergie, transport, biodiversité, droit de l'environnement... Reporterre dresse le bilan de son action au gouvernement. François de Rugy a démissionné mardi 16  (...)
  • La promotion «gilets jaunes» de Christophe Castaner: les médailles de la honte

    , par Pascale Pascariello (Médiapart)

    Christophe Castaner vient de médailler, le 16 juin, un certain nombre de ses agents, parmi lesquels au moins cinq sont impliqués dans des enquêtes concernant des violences policières. Chargé des opérations le soir où Steve a disparu à Nantes, le commissaire Grégoire Chassaing y figure aux côtés de  (...)
  • Moselle : l'isolant de la discorde

    , par Sébastien Bonetti (CQFD)

    À Illange, une usine, appartenant au géant Knauf Insulation et spécialisée dans cet isolant qu'est la laine de roche, a été imposée aux habitants à grand renfort de discours sur l'emploi (des postes) et l'environnement (de l'écolo). Une double arnaque, dénoncée par des militants locaux. « I don't speak  (...)
  • Introuvables « bobos » : pourquoi ils n'existent pas

    , par Alternatives Economiques

    Sous ses airs moqueurs, le terme « bobos » alimente une vision réactionnaire de la société et contribue à brouiller les rapports entre classes sociales, selon la sociologue Anaïs Collet
  • USA : face aux rafles anti-migrants, les activistes s'organisent en ligne

    , par Arrêt sur images

    Déjouer les ruses des policiers, savoir où et quand les arrestations sont les plus fréquentes, connaître les numéros d'avocats et les lieux où se réfugier en cas de danger... Depuis l'annonce par Donald Trump de rafles massives dans plusieurs grandes villes des États-Unis, militants, élus et médias (...)
  • Tunisie: «Il faut une demande de pardon pour clore le dossier colonial»

    , par lilia Blaise (Médiapart)

    Sihem Ben Sedrine, la présidente de l’Instance Vérité et Dignité, chargée de la justice transitionnelle en Tunisie, a envoyé mardi 16 juillet aux autorités françaises un mémorandum pointant les violations commises par la France dans la période postcoloniale, de 1955 aux années 1970. Elle s’en explique  (...)
  • Aux Comores : les voix muselées de l’opposition

    , par lundimatin | #51

    Depuis la réélection controversée du président des Comores Azali Assoumani en mars dernier, le pays s’enfonce dans une gestion à la dure et autoritaire. Manifestations, arrestations d’opposants et de journalistes locaux, la situation inquiète dans l’archipel et jusqu’au sein de la diaspora comorienne (...)
  • SUV, l’aberration écologique

    , par Les Jours

    Si les émissions de gaz du parc automobile stagnent au lieu de diminuer, c’est en bonne partie la faute au « sport utility vehicle ».
  • Les révolutionnaires soudanais bousculent l’Europe forteresse

    , par Oum Ziad (CQFD)

    Depuis Paris, le collectif d'exilés soudanais Activists Sudanese United Against Dictatorships (Asuad ) alerte sur la situation au Soudan. Et dénonce les responsabilités de l'Europe dans l'essor de la junte militaire, via le financement d'une police anti-migratoire dans la Corne de l'Afrique. Le (...)
  • Aux États-Unis, la difficile survie des « ouvriers du clic »

    , par Equal Times - News at Work

    Evan Hutchinson vit connecté à son ordinateur, de jour comme de nuit. À 27 ans, ce jeune diplômé en cinéma, basée à Houston, est ce que l'on appelle un « ouvrier du clic » : l'un de ces centaines de milliers de travailleurs digitaux précaires dans le monde (...)
  • Street Medics : au chevet des manifestant.es blessé.es

    , par Tristan Goldbronn (Radioparleur)

    Ils ne sont ni professionnels, ni totalement amateurs, mais ils sont déterminés à porter secours. Lors des manifestations, ils ont choisi de mettre leur engagement, et leurs compétences médicales, au profit des blessés pour procurer les premiers soins. A l’instar de ce 14 juillet 2019, sur les (...)
+++