ça bouge ! Livre

Chroniques du procès France Télécom : un livre pour « ne plus perdre sa vie à la gagner »

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Durant deux mois en 2019 s’est tenu à Paris le procès d’anciens hauts dirigeants de la multinationale France Télécom, devenue Orange, accusés de harcèlement moral par une centaine de parties civiles, dont des familles de salariés s’étant donnés la mort. Le livre La raison des plus forts, publié le 4 juin, rassemble les chroniques de ce procès sous la plume de romanciers, chercheurs, artistes... Une mise en lumière de ces héros invisibles qui ont remporté la partie.

Du 6 mai au 11 juillet 2019 s’est tenu le procès France Télécom. Didier Lombard, ex-président du groupe, comparaissait aux côtés de son ancien bras droit, Louis-Pierre Wenès, de l’ex-directeur des ressources humaines, Olivier Barberot, et de quatre autres cadres pour des faits de harcèlement moral ayant conduit à de multiples suicides entre 2007 et 2010. Au premier rang des parties civiles, le syndicat Sud PTT et l’Union syndicale Solidaires, à l’origine de la plainte contre la direction de l’entreprise.

Porte-parole de Solidaires, Éric Beynel a lancé une démarche éditoriale inédite de suivi du procès, conviant chaque jour une personnalité (romancier.ère, chercheur.se., artiste) à rédiger ou dessiner un récit d’audience. Chaque texte constitue un épisode haletant, une plongée dans l’espace ritualisé, tragique, du tribunal. L’ensemble de ces chroniques est réuni dans un livre, La raison des plus forts, aux éditions de l’Atelier, sorti en librairie le 4 juin.

À gauche les avocat.e.s des parties civiles, à droite ceux des prévenu.e.s, deux fois plus nombreux.ses. Au centre des débats, des hommes, des femmes immolé.e.s, défenestré.e.s sur leur lieu de travail, pendu.e.s à leur domicile. Les dirigeant.e.s de France Télécom paraissant patauger dans leurs contradictions…

Un an après ce procès, les chroniques des audiences résonnent avec une acuité particulière avec la période de crise sanitaire que nous traversons et le gouvernement semble faire preuve du même aveuglement sur la santé et les conditions de travail que l’équipe de direction de France télécom d’alors. C’est d’ailleurs ce gouvernement qui s’attaque aujourd’hui et hier à tous les outils ayant permis de condamner Didier Lombard et ses complices. Suppression des CHSCT, musellement de l’inspection du travail, attaques sur l’expertise, réduction des délais, tentative d’interdiction des droits de retrait... la liste des griefs est déjà longue.

Ces chroniques résonnent aussi avec le vécu au travail de nombreux salarié-es en grande souffrance pris par les cadences insensées, coincés dans les demandes contradictoires, mis dans l’incapacité de bien faire leur travail. Ce n’est pas un hasard si aujourd’hui beaucoup n’ont pas envie de revenir sur leur lieu de travail.

Elles résonnent enfin grâce à ce collectif de plumes qui a su saisir et rendre si présent ce qui s’est joué pendant plus de deux mois, en plusieurs scènes, la représentation concrète, directe de la lutte des classes et la mise en lumière de ces invisibles qui permettent au monde, malgré tout, de continuer à tourner.

Ces invisibles, ces héros ont remporté la partie [1] et ont montré une nouvelle fois que la principale force c’est le collectif, pour ne plus perdre sa vie à la gagner.

Eric Beynel, La raison des plus forts, Chroniques du procès France Télécom. Illustré par Claire Robert. Editions de l’Atelier, juin 2020, 21,90 euros.

Avec les contributions de Patrick Ackermann, Pierre Alferi, Louis-Marie Barnier, Stéphane Bérard, Arno Bertina, Maëlezig Bigi, Isabelle Bourboulon, Patrice Bride, Stéphane Brizé, Fabienne Brugel, Patrick Cingolani, Émilie Counil, Annick Coupé, Thomas Coutrot, Sylvain Creuzevault, Alain Damasio, Emmanuel Dockès, Marie-Anne Dujarier, Ivan du Roy, Monique Fraysse-Guiglini, Vincent de Gaulejac, Vincent Gaullier, Valérie Gérard, Fabienne Hanique, Nicolas Hatzfeld, Emmanuel Henry, Odile Henry, Fanny Jedlicki, Nicolas Jounin, Leslie Kaplan, L’1consolable, Marin Ledun, Dominique Lhuilier, Danièle Linhart, Marc Loriol, Dominique Manotti, Anne Marchand, Xavier Mathieu, Arnaud Mias, Métie Navajo, Marie Pascual, Serge Quadruppani, Nathalie Quintane, Jean-Paul Ramat, Selma Reggui, Jean Rochard, Rachel Saada, Jean-Paul Teissonnière, Annie Thébaud-Mony, Sylvie Topaloff, Aurélie Trouvé, Michel Vergez, Audrey Vernon, Laurent Vogel…

Les droits d’auteurs de ce livre seront reversés aux associations d’aide aux victimes du travail.

En une : Dessin de Claire Robert.

L'actualité

  • La cartographie, outil de lutte des peuples autochtones

    , par Aude Vidal (Visionscarto)

    Pour prouver aux juges que la forêt est nécessaire à leur existence, des communautés pratiquent la cartographie participative et recensent leurs lieux de culture, de cueillette, d'habitation et de culte. Une façon, aussi, de se rendre visibles et de s'émanciper d'un État qui les infantilise. par (...)
  • Portland : des George Floyd Protests au rejet de Trump

    , par Martin Lelièvre (Radioparleur)

    Cette semaine, dans votre podcast « Penser les Luttes », on vous propose le témoignage exceptionnel de Gwenola Ricordeau. Cette professeure et chercheuse en justice criminelle a passé plusieurs jours à Portland, aux États-Unis. La plus grande ville de l’Oregon est le lieu de manifestations depuis plus (...)
  • Un incendie à la centrale nucléaire de Belleville révèle la désorganisation d’EDF

    , par Martin Leers (Journal de l’énergie)

    ENQUETE. Un incendie a éclaté à la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire (Cher) en avril 2020 lors d’une banale opération de maintenance réalisée par des sous-traitants, qui n’auraient pas dû être laissés sans surveillance. Un incident largement évitable si EDF avait Lire l'article Cet article Un (...)
+++