Rénovation énergétique

Changer sa chaudière ou isoler ses combles pour un euro : les dessous d’un marché coûteux et entaché de fraudes

par

  • Ajouter
  • Imprimer
  • Partager sur Delicious
  • Partager sur Google+

Peut-être faites-vous partie des usagers ayant reçu une offre commerciale proposant, pour un euro, de changer votre chaudière ou d’isoler vos combles. Ces offres sont financées par un dispositif peu connu : les certificats d’économie d’énergie. Basta ! lève le voile sur ce dispositif opaque qui ne contribue pas toujours efficacement à la transition écologique, alors même que son coût est répercuté sur l’ensemble des factures des ménages, à hauteur de 100 à 150 euros par an.

Changer sa chaudière ou isoler ses combles pour un euro ? Vous avez sans doute déjà eu vent de cette offre alléchante. Plusieurs grands groupes énergétiques et enseignes de grandes surfaces ne cessent de la communiquer. Ils s’engagent même à prendre en charge toutes les démarches, depuis la demande des aides jusqu’à l’avance de trésorerie [1]. Une question s’impose : comment les entreprises peuvent-elles proposer des équipements ou des prestations à si bas prix ? Pour le comprendre, il faut se pencher sur la mention rédigée en minuscule qui accompagne ces offres : elles s’inscrivent dans le dispositif dit des « certificats d’économies d’énergie », sans autre précision.

Ces certificats ne vous disent absolument rien ? Pas étonnant. Selon un sondage Ifop réalisé en 2017, près de 9 Français sur 10 ne connaissent que vaguement, voire pas du tout ces certificats. Ils existent pourtant depuis 2005 [2] : la France les a instaurés avec l’idée d’appliquer le principe « pollueur payeur » aux vendeurs d’énergie - électricité, gaz, carburants, fioul - comme EDF, Engie ou Total. Tous les 3 ans, l’État leur fixe un objectif d’économie d’énergie [3].

Pour prouver qu’ils ont atteint l’objectif, les fournisseurs d’énergie doivent produire ces certificats. Pour en obtenir auprès de l’Etat, ils ont deux possibilités : soit changer leur propre mode de production en allant vers davantage de sobriété, soit inciter leurs clients, dont les particuliers, à faire des économies d’énergie [4]. C’est cette deuxième voie que les entreprises privilégient. C’est ce qui explique la profusion d’offres pour remplacer des chaudières par un équipement « moins polluant », ou pour faire des travaux de rénovation sensés générer des économies d’énergie.

Aucun opérateur indépendant ne vérifie que les travaux entrainent réellement des économies d’énergie

S’inscrire dans le programme de ces certificats d’économies d’énergie permet aussi de bénéficier de subventions attribuées par le ministère de la Transition écologique et solidaire (200 millions d’euros sur la période 2018-2020). Ces subventions s’ajoutent aux aides publiques individuelles, allouées en fonction du type d’équipement, du gain énergétique estimé, ou du revenu du ménage [5]. Problème : rien ne garantit que ces nouvelles chaudières ou ces travaux de rénovation, financées en partie par de l’argent public, vont réellement générer les économies d’énergie annoncées.

Prenons l’exemple d’une offre à un euro permettant aux ménages très modestes de remplacer, pose comprise, une vieille chaudière à énergie fioul ou gaz, par une pompe à chaleur air-eau. Pour arriver à proposer une prestation à un euro, l’entreprise va demander une aide publique auprès de l’Agence nationale de l’habitat (Anah), qui s’ajoutera à un crédit d’impôt, voire à un prêt à taux zéro pour les particuliers [6]. Qui s’assurera ensuite que les économies d’énergie en théorie réalisées le seront dans la réalité ? « Il n’y a plus d’obligation depuis un an d’être accompagné par un opérateur indépendant pour contrôler les travaux réalisés. Cela me fait douter de l’équipement technique qui va être posé et la qualité de la pose », confie un conseiller Faire, service rattaché au ministère de l’Écologie qui guide les usagers dans leurs travaux de rénovation énergétique.

De récentes enquêtes confirment que les chantiers sont régulièrement bâclés par des entreprises qui font baisser les coûts afin de rentrer dans le plafond des aides. En février dernier, l’UFC-Que Choisir tire la sonnette d’alarme dans une étude sur les certificats d’économie d’énergie. L’association de consommateurs pointe les carences d’un « dispositif mal connu, complexe, inique et in fine insuffisamment efficace ». Elle rappelle qu’un « pôle national des certificats d’économies d’énergie » (PNCEE) a été créé afin d’assurer la gestion du dispositif [7].

« Cependant, avec 14 personnes, les moyens du PNCEE restent très limités pour effectuer les contrôles. Selon le ministère, seulement 165 dossiers ont été contrôlés depuis 2015, ce qui laisse une place aux risques de fraude », souligne l’association de consommateurs. Ces contrôles sont très faibles au regard des dizaines de milliers de chaudières, appareils de chauffage au bois, pompes à chaleur, mètres carré d’isolants, ayant été installés ou posés entre 2006 et 2014 dans le cadre des certificats d’économie d’énergie. Nous avons contacté le pôle national des CEE, rattaché au ministère de la Transition écologique, qui n’a pas donné suite à nos demandes.

Je lis, j’aime, je vous soutiens

Pour rester en accès libre, Basta ! a besoin de vous, lecteurs !

Soutenez l’indépendance de Basta! en faisant un don.

Un milliard d’euros d’argent public sans garantie d’amélioration de performance énergétique

Autre défaillance : l’Agence nationale de l’habitat exigeait auparavant que les travaux améliorent d’au moins 25 % la performance énergétique. Cette obligation a été supprimée en septembre 2018 par le gouvernement. Or, même avant la suppression de cette obligation, le dispositif était déjà controversé pour son manque d’efficacité. Sur les relevés de consommation de 5000 foyers ayant effectué des travaux d’efficacité énergétique, dont l’installation de chaudières, une étude menée par GDF-Suez, devenu Engie, a montré que les économies d’énergie étaient en moyenne de 50 % inférieures aux économies annoncées [8]. Qu’en sera-t-il avec la fin de cette obligation ?

Revenons à nos ménages optant pour une pompe à chaleur. Si un seul euro est déboursé lors de l’installation, la facture liée à la consommation peut entrainer quelques désillusions. « Le coefficient de performance énergétique d’une pompe à chaleur dépend, entre autres, de l’isolation de la maison. Si la maison n’a pas été isolée, la consommation d’électricité peut être potentiellement très importante », explique un conseiller Faire. Or, c’est justement au nom de « la lutte contre le réchauffement climatique » et de « l’amélioration du pouvoir d’achat des Français » que le gouvernement finance, à hauteur de un milliard d’euros sur deux ans, le remplacement de 600 000 chaudières au gaz et au fioul. Mais si les logements demeurent mal isolés, l’économie d’énergie sera très faible.

Un dispositif qui amène à « financer des réseaux criminels transnationaux »

Pour arriver à proposer une prestation à un euro, les fournisseurs d’énergie s’appuient donc sur des aides publiques - le montant des aides de l’Anah peut aller jusqu’à 50 % des dépenses de travaux - et sur le marché des certificats d’économie d’énergie. Certaines entreprises atteignent leurs objectifs, voire les dépassent, et se retrouvent avec un surplus de certificats attribués par l’État. D’autres entreprises, au contraire, peinent à vendre des prestations auprès des particuliers. Elles cherchent donc à racheter des certificats pour éviter des pénalités financières.

Comme dans le cas des émissions carbone, un marché des certificats d’économie d’énergie a été mis en place à l’échelle nationale. Impossible d’en savoir plus : Powernext, la société privée qui s’est vue confiée le registre national des CEE depuis 2017, n’a pas souhaité répondre à nos questions. On aurait pourtant aimé en savoir plus sur ce marché en pleine expansion après la lecture d’un rapport de Tracfin, le service de Bercy chargé de la lutte contre le blanchiment, publié en 2016. Celui-ci met en garde contre les « acteurs mal intentionnés » arrivant sur ce marché.

Le rapport cite notamment l’exemple d’une société ayant produit de fausses attestations de travaux. Elle a obtenu au total l’équivalent de 7 millions d’euros de certificats d’économie d’énergie ! Selon Tracfin, le dispositif « s’apparente à un mécanisme par lequel les grands groupes de l’énergie française sont amenés à financer des réseaux criminels transnationaux ». Un an plus tard, l’organisme de lutte contre la fraude financière continue de lancer l’alerte : le « resserrement de la réglementation pousse les fraudeurs à s’adapter », observe son rapport 2017, qui pointe du doigt « les risques présentés par les chaînes de sous-traitance ».

Un dispositif qui coûte en réalité entre 100 à 150 euros par an sur la facture de tous les ménages

Qui paie au final le véritable prix des chaudières ou travaux d’isolation à 1 €, dont l’efficacité réelle est discutable ? Tous les usagers ! Le coût est répercuté sur la facture d’électricité payée par l’ensemble des Français – environ 1,80% du montant total de la facture en 2018, comme le concède le groupe Effy, spécialisé dans les économies d’énergie. Cette facture pourrait grimper cette année avec la hausse du prix du certificat qui s’échange sur le marché [9]. Si l’on prend en compte les factures pour le logement et les dépenses de carburant, le coût de ces certificats représente au total « 3 à 4 % des dépenses énergétiques de français », selon le calcul d’associations de consommateurs. Soit entre 100 et 150 euros par ménage et par an, toutes énergies confondues - électricité, gaz, carburants compris.

Ce dispositif suscite aussi des inégalités entre d’un côté, les 58 % de ménages propriétaires de leur résidence principale, et de l’autre, les locataires. Ces derniers financent de fait le dispositif dans leur facture d’électricité. Mais peu d’entre eux réaliseront de coûteux travaux de rénovation dans un logement qui ne leur appartient pas. Selon l’Insee, moins de 5% des locataires effectuent des dépenses pour diminuer leur consommation d’énergie contre 22% pour les propriétaires. Des ampoules Led ou des lave-linges peuvent être éligibles à des certificats, mais au prix de quelques tracasseries administratives... « En tant que simples usagers de leur logement ils n’ont aucun intérêt à réaliser d’onéreux travaux d’économie d’énergie sachant qu’ils ne pourraient que peu en profiter, et sont donc exclus des avantages financiers des certificats d’économie d’énergie », résume l’UFC Que Choisir. Pour rééquilibrer le dispositif, l’association propose la création d’un malus qui sanctionnerait les bailleurs proposant un bien énergivore à la location, et d’un bonus récompensant ceux qui proposent un logement performant.

Dans une question posée fin 2018 au gouvernement, le sénateur centriste Hervé Maurey alerte sur les limites des certificats d’économie d’énergie. Il plaide pour leur évolution « vers plus d’efficacité et de transparence ». Sa question, comme les nôtres, sont pour l’instant restées sans réponse. C’est pourtant sur ce dispositif que mise aujourd’hui principalement le gouvernement pour inciter les particuliers, les entreprises, les collectivités et les administrations à réaliser des économies d’énergie. Un rapport de la Cour des comptes publié en 2016 souligne que les certificats d’économie d’énergie auraient contribué à financer des travaux d’économies d’énergie – installation de chaudières individuelles, de pompes à chaleur, isolation, remplacement de fenêtres, etc. – à hauteur de 24 milliards d’euros. Selon la direction générale de l’économie et du climat, les économies annuelles pour les consommateurs s’élèveraient à près de 2 milliards d’euros.

Sophie Chapelle

Notes

[1Voir ici l’offre à un euro d’Effy pour remplacer sa chaudière à fioul ou gaz par une pompe à chaleur air/eau, et l’offre à un euro d’Engie pour remplacer une chaudière gaz par une chaudière gaz « à très haute performance énergétique ».

[2Les certificats d’économie d’énergie ont été instaurés dans le cadre de la loi sur les orientations de la politique énergétique

[3L’objectif est calculé en « kWh cumac » (kilo-watts heure cumulés actualisés) : cumulé (sur la durée de vie de l’opération d’économie d’énergie réalisée) - actualisé (pour tenir compte de l’évolution de la consommation énergétique de référence par rapport à laquelle l’économie est calculée). 1 certificat d’économie d’énergie = 1kWh d’énergie finale économisée.

[4Les entreprises peuvent aussi obtenir des certificats en réalisant des travaux chez des personnes morales (collectivités territoriales, entreprises, bailleurs sociaux...). Elles peuvent également déléguer tout ou partie de leurs obligations à des sociétés tiers qui vont réaliser les travaux : il peut s’agir par exemple de sociétés du secteur du bâtiment ou des énergies renouvelables, qui peuvent alors elles-aussi recevoir des certificats d’économie d’énergie des pouvoirs publics si elles justifient des travaux correspondants.

[5Le gouvernement distribue des primes « coups de pouce » dont le montant varie selon l’équipement choisi et le plafond de ressources. La « prime coup de pouce » peut aller jusqu’à 4000 euros pour installer une chaudière biomasse, une pompe à chaleur air/eau, eau/eau ou hybride, un système solaire combiné ; compter jusqu’à 1200 euros pour installer une chaudière au gaz à très haute performance énergétique ; jusqu’à 800 euros pour installer un appareil de chauffage au bois très performant ; jusqu’à 700 euros pour effectuer le raccordement d’un bâtiment collectif à un réseau de chaleur ; jusqu’à 20 euros / m2 d’isolant posé pour isoler des combles / une toiture ; jusqu’à 30 euros / m2 d’isolant posé pour un plancher bas.

[6Voir le dispositif « Habiter mieux agilité » de l’Anah. Le reste à charge peut bénéficier du crédit d’impôt pour la transition énergétique (30%) et de l’éco-prêt à taux zéro.

[7Le PNCEE détermine les obligations individuelles des entreprises, instruit les demandes de délivrance des CEE, mène les opérations de contrôle et sanctionne les infractions.

[8Voir la page 4 de ce rapport.

[9Un CEE vaut aujourd’hui autour de 9 euros le mégawattheure, contre 5,50 euros à l’automne.

Cet article vous a intéressé ? Basta ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

L'actualité

  • Violences sexuelles : la grande diversion d’Éric Zemmour

    , par Blog d’information participatif | Le Club de Mediapart

    Dans son dernier livre, le polémiste d’extrême droite Éric Zemmour met en cause le travail de notre rédaction sur les violences sexistes et sexuelles. Tout en omettant, à l’unisson d’une grande partie de la presse, les accusations qui le (...)
  • "La rhétorique zemmourienne va guider le débat"

    , par Arrêt sur images

    Les historiens ont fort à faire avec Éric Zemmour, qui assaisonne l'histoire de France à sa manière. Nous avons demandé à Mathilde Larrère, Gérard Noiriel et Patrick Weil ce qu'ils pensaient du débat Zemmour-Mélenchon, programmé pour ce jeudi 23 septembre sur BFMTV. Si Larrère est contre, Weil et Noiriel (...)
  • L’ultradroite : cette menace qui couve

    , par Politis

    Mardi 21 septembre, s'ouvre un procès inédit : un groupuscule terroriste lié à l’ultradroite est jugé pour « association de malfaiteurs terroriste ». Rassemblés au sein du mouvement OAS, les accusés projetaient des attaques contre des musulmans et des hommes politiques, dont Jean-Luc (...)
  • Etudiant·es sans master, un avenir sur liste d’attente

    , par Victor Amoreau (Radioparleur)

    Malgré un diplôme de licence obtenu au terme de trois ans d’étude, des milliers d’étudiant·es se retrouvent sans inscription universitaire à quelques jours de la rentrée universitaire. Ils et elles ignorent si leurs études pourront se poursuivre, faute de places en master. La généralisation de la (...)
  • Le fonds d'indemnisation des victimes de l'amiante sauvé d'une disparition programmée

    , par Nolwenn Weiler (Basta !)

    Alors que l'amiante continue de tuer massivement, le gouvernement envisageait d'affaiblir l'organisme chargé d'indemniser les victimes de cette fibre tueuse interdite en France depuis 1997. Il a finalement annulé ce projet. La gouvernement a fait savoir lundi dernier, le 13 septembre 2021, qu'il  (...)
  • À Samos en Grèce, d'un camp insalubre à un "camp-prison" ?

    , par Nina Gheddar (Guiti News)

    Ce 20 septembre, débute le transfert des résidents du camp de Vathy, ville principale de l’île grecque de Samos, vers un nouveau camp dans la zone excentrée de Zervou. Personnes réfugiées, demandeuses d’asile et responsables associatifs fustigent déjà un camp excentré et “carcéral”. Fragilisation de la (...)
  • Benalla : retour sur un scandale d'état

    , par Blast

    L’affaire Benalla, c’est la première tempête politique traversée par la Macronie. Un tournant. Enfin plutôt les affaires Benalla. Car entre les évènements de la Contrescarpe, les passeports diplomatiques, les complicités dont il a bénéficié au sein de (...)
  • Zemmour, ses mots, sa haine

    , par Lucie Delaporte (Médiapart)

    Le polémiste" "d’extrême droite a entamé, ce week-end, à Toulon et à Nice, la tournée promotionnelle de son dernier livre. Une prestation aux accents de pré-campagne présidentielle. Présent depuis plus de dix ans dans le débat public, que dit vraiment Éric  (...)
  • Liban : face au désastre [portfolio]

    , par BALLAST | Tenir tête, fédérer, amorcer

    Qu’ils paraissent loin, les espoirs suscités par la Thawra, le soulèvement libanais de la fin 2019. Des centaines de milliers de personnes ont pris les rues du pays afin de réclamer le départ de l’ensemble de la classe politique. « Ils s’accrochent à leur pouvoir, mais nous aussi nous nous accrochons. (...)
  • Claudiu, vie et mort d’un jeune Rom de 11 ans

    , par Blast

    Début juin, Claudiu est décédé d’une overdose dans un bidonville à Villeurbanne. Deux mois plus tôt, le parquet de Lyon avait ordonné le placement en foyer du garçon. Mais les services sociaux ne l’ont pas sorti à temps de l’enfer dans lequel il (...)
  • Chômage : petites manœuvres pour passer en force la réforme au 1er octobre

    , par Stéphane Ortega (Rapports de Force)

    Mais qu’attendent-ils ? Au 16 septembre, le ministère du Travail n’a toujours pas publié son décret pour réformer l’assurance chômage, après la suspension en urgence d’une partie du précédent le 22 juin dernier par le Conseil d’État. Pourtant la réforme est censée s’appliquer […] L’article Chômage : (...)
  • Tirs policiers à Stains : "je me suis vu mourir"

    , par Céline Beaury (Le Bondy Blog)

    Dans la nuit du 15 au 16 aout dernier, Nordine et sa compagne reçoivent près d'une dizaine de coups de feu à Stains, tirés par des policiers sans brassards non identifiables. Près d'un mois après les faits, l'homme toujours choqué, se confie pour la première fois aux médias, pour le BB. Témoignage. (...)
  • Une pirogue pour les Canaries

    , par Les Jours

    De plus en plus de Sénégalais prennent cette route en haute mer pour rejoindre l’Europe. Beaucoup y meurent, tel Doudou. Il avait 14 ans.
  • Les matinales à (l’extrême) droite toute

    , par Arrêt sur images

    La gauche et le centre ont littéralement disparu des radios généralistes ce matin 15 septembre 2021. Dans les quatre émissions matinales de RTL, France Inter, Europe 1 et RMC, de 7 h 30 à 9 h, on avait le choix entre le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, le candidat aux primaires LR Eric Ciotti, (...)
  • Afghans de Strasbourg : des années d'errance

    , par Rue89 Strasbourg - l’actualité de Strasbourg et de l’Eurométropole

    Le quotidien des Afghans qui ont trouvé asile à Strasbourg, parfois depuis des années, reste semé d’embuches. S’ils sont en sécurité et disposent d’un minimum de droits, les moyens et la volonté politique manquent encore pour qu’ils puissent trouver leur place, malgré leurs efforts. (...)
  • La Contre-matinale #1

    , par Le Média

    Premier avant-goût de notre matinale alternative et engagée avec Théophile Kouamouo et Nadiya Lazzouni. A leurs côtés, Taha Bouhafs et David Guiraud réagiront à l'actualité du jour.
  • Climat : 40 ans d'alertes des scientifiques et d'immobilisme de nos dirigeants

    , par Rachel Knaebel (Basta !)

    Le dernier rapport du Giec sur le climat est encore plus alarmant que les précédents. Cela fait des décennies que les chercheurs avertissent sur le réchauffement dû aux gaz à effet de serre, et que les États ne réagissent presque pas. Chronologie. Le dernier rapport du Giec (Groupe d'experts  (...)
  • Zemmour : Au bon cœur des grands patrons

    , par Politis

    Éric Zemmour et son équipe s’organisent pour chercher des soutiens dans le monde des affaires, mais le caractère infréquentable du polémiste en chiffonne plus d’un.
  • « La policière appelait les arabes chameaux et les noirs négros »

    , par StreetPress

    Insultes racistes, utilisation injustifiée du gaz lacrymogène, coups de matraque, arrestation arbitraire et fouille au corps non réglementaire… Plusieurs jeunes d’un îlot populaire du très bourgeois 9e arrondissement accusent la police de violences.Infos (...)
  • Eric Zemmour : après la bourgeoisie start-up, la bourgeoisie fasciste

    , par Frustration

    Dans une émission face à Laurent Ruquier et Léa Salamé, Eric Zemmour s’est promis de réunir la bourgeoisie de droite CSP+ et les classes populaires de droite, recette qui fit ses preuves au siècle dernier et qui, si elle réussit, permet effectivement à l’extrême droite de parvenir au pouvoir. Pourtant, (...)
+++